Communiqué transmis par le Dr Michel Bernadac-Service de biologie de la Fédération Nationale des Courses Françaises
Concernant des cas cliniques d’Artérite Virale des Équidés (AVE) en France
(Copie de l’information Réseau d’épidémiosurveillance équine « International Collating Center » )

Foyer dans l’Eure
Des chevaux de sports (Selle Français) d’un haras, dans lequel sont réalisés aussi des transferts d’embryons, ont présenté un tableau clinique incluant notamment de l’hyperthermie, des signes respiratoires et des signes d’œdème. Un poulain de 3 jours est mort. Des écouvillons naseaux pharyngés profonds ont été réalisés ainsi que des prélèvements sur le poulain. Le virus de l’artérite des équidés y a été mis en évidence par biologie moléculaire.
Dans le Centre Technique des Haras Nationaux du Val de Reuil, des juments inséminées avec du sperme d’étalon de trait percheron, ont présenté une hyperthermie.

Foyers dans l’Orne
Sur les prélèvements réalisés sur les tissus d’un étalon percheron mort d’une myocardite mais qui avait présenté précédemment une pathologie avec notamment de l’hyperthermie et une orchite,  Streptococcus zooepidemicus a été isolé et le virus de l’artérite des équidés a été mis en évidence par biologie moléculaire dans le testicule, le foie et la rate.
Dans un haras de percherons, un poulain de 4 jours est mort après avoir présenté un tableau clinique compatible ave celui de l’AVE. Sur ses tissus nécropsiques, le virus de l’artérite des équidés a été mis en évidence par biologie moléculaire.
Sur un troisième site, une jument percheronne a présenté, le 24 mai, un tableau clinique avec hyperthermie et œdème. Or, elle avait été inséminée, le 18 mai, avec le sperme de l’étalon percheron mort. A noter que son poulain est tombé malade le 24 juin avec une symptomatologie évocatrice de l’AVE.
Dès que le diagnostic virologique a été confirmé (lundi 25 juin), l’enquête épidémiologique a permis de rattacher des pathologies dont celles évoquées ci-dessus et dont certaines datent de fin avril. Il faut signaler que ce sont des poulains de 3-4 jours qui sont morts. En revanche, ceux de 1 mois et demi à 2 mois qui présentent ou ont présenté des signes cliniques (dont un œdème du fourreau très important) ont résisté à l’infection.
Des investigations sur l’origine des foyers et le typage des souches virales mises en évidence sont en cours. Il convient de signaler qu’aucun des étalons percherons n’est en contact avec les étalons Pur Sang qui sont sur un site spécifique isolé.
Mesures prises
Des mesures de confinement ont été prises au Centre Technique du Val de Reuil. Tous les étalons suspects ont été retirés de la monte, dans l’attente de précision de leur statut au regard de l’AVE.
Des analyses sérologiques et des analyses virologiques (culture et biologie moléculaire) sur le sperme de tous les étalons du site de résidence de l’étalon mort, sont en cours.
Une note adressée aux éleveurs concernés demande une mise en isolement et une surveillance des juments susceptibles d’avoir été contaminées (juments saillies ou inséminées par un étalon percheron ou juments ayant été en contact avec une de celles-ci).
La mise en œuvre d’une désinfection a été conseillée.