Compte-rendu de la table petit déjeuner de la commission Maladies génétiques et affections à prédisposition héréditaire

 

Le petit déjeuner de la commission Génétique a rassemblé une seule personne, la seconde inscrite ne s'étant pas présentée. J'ai exposé brièvement nos activités de génomique équine à l'INRA et évoqué le tournant radical de la discipline avec les nouveaux outils bientôt disponibles issus du séquençage complet du génome équin en 2007. En effet, la mise à disposition d'une puce de polymorphisme ADN révélant 60 000 points répartis sur l'ensemble du génome et d'une puce d'expression identifiant quelques 20 000 gènes va augmenter considérablement notre capacité à identifier des gènes de maladie. Ces gènes identifiés autoriseront un conseil génétique que pourront proposer les vétérinaires à leurs clients. En attendant, il faudrait que les vétérinaires collaborent pour répertorier les cas cliniques familiaux sur le terrain.
La discussion a essentiellement traité de l'épistaxis comme sujet important d'étude et de la définition de cette maladie à expresssion variable.
Ces études ne pourront vraiment être engagées que lorsque la mobilisation des vétérinaires sera effective, entre autre via l'intégration d'un Observatoire des anomalies génétiques équines dans la restructuration d'un réseau de vétérinaires.
Dans l'espoir que cette commission Génétique rassemblera assez de personnes pour pouvoir finir les croissants de ce petit déjeuner en 2008.