Le suivi des ulcères cornéens
Petit-déjeuner des commissions du 18 octobre 07
Thomas Launois, Jean Luc Cadoré, AM. Desbrosse

 

La réponse clinique au traitement ?

L’appréciation clinique d’un ulcère cornéen s’apprécie par une amélioration des signes de douleur d’une part, c’est-à-dire : diminution du blépharospasme, de l’épiphora, voir un miosis de la pupille, et d’autre part par une diminution de sa surface, qu’on évalue à la fluorescéine. Un ulcère cicatrise en 10 à 15 jours au-delà cela signifie que l’évolution n’est pas normale. On considère qu’un ulcère de 1 cm cicatrise en 7 jours sans laisser de cicatrice. Pour ces raisons, il peut être indiqué un premier contrôle à 2-3 jours puis un deuxième contrôle à 8 à 10 jours.

Il existe un cas ou le cheval n’est pas douloureux bine que l’ulcère soit grave c’est le descemetocèle (ulcère dont la profondeur va jusqu’à la couche la plus profonde de la cornée) : la membrane de Descemet ne retient pas la fluorescéine et l’ulcère peut ne pas être douloureux car les couches profondes de la cornée sont moins innervées.

Si l’évolution n’est pas satisfaisante sur 7 à 10 jours associée à une douleur persistante, il est nécessaire de refaire un point complet sur le cheval : examen à la lampe à fente, test de Schirmer, recherche de corps étranger ou de cils mal implantés, réalisation de prélèvements, les traitements sont-ils bien faits ou le cheval se laisse –t- il faire ?

L'intérêt des prélèvements et quand ?

Dés qu’un ulcère n’évolue pas normalement. Des prélèvements sont réalisés pour bactériologie, mycologie et cytologie. Ils permettent de mieux cibler l’antibiothérapie locale et ou l’utilisation d’antifongique. La cytologie permet de d’orienter la thérapeutique : mise en évidence de neutrophiles, de mycélium, de polynucléaires neutrophiles.

Quand passer d'un traitement médical au traitement chirurgical ?

Quand l’ulcère est à 50 % de profondeur du stroma ou plus.
Quand on a un ulcère à collagènase, il s’agit d’une urgence chirurgicale,
Quand il apparaît secondairement à l’ulcère une uvéite témoignant d’une généralisation du processus infectieux,
Quand le traitement médical ne permet pas d’amélioration.